Mines Saint-Etienne Réflexions sur quelques problèmes de physique fondamentale. Quel apport d’un rapprochement des concepts d’espace, de temps et de mouvement ? (en distanciel) le Mardi 25 mai 2021

INSCRIPTION

Personne à contacter pour s’inscrire : Bernard Guy, guy@emse.fr

Nombre de stagiaires : 8 (pour permettre une interaction fructueuse)

Descriptif, mots-clés

L’objectif de la journée est d’apporter des éléments de réflexion épistémologique et physique sur quelques problèmes de physique fondamentale. Des exposés et des moments d’échange seront proposés en alternance, afin de permettre un débat sur des sujets ouverts.

La question du temps reste mal posée en physique ; la théorie de la relativité relie les indications lues sur les horloges et les règles, mais garde deux concepts, deux types d’instruments, et envisage à l’avance deux types de variables ; elle continue de pouvoir penser le temps tout seul. Cela paraît discutable : le temps est un concept tout à fait utile, mais résulte d’une abstraction et ne peut de façon ultime être séparé du monde. Il faut comprendre l’abstraction du temps : elle se fait à partir des mouvements des entités matérielles au sens large qui peuplent le monde. Il nous paraît fécond de mettre le mouvement en premier et d’en dériver les concepts d’espace et de temps, dans une pensée relationnelle : à l’espace les mouvements relativement moins rapides, au temps les mouvements relativement plus rapides. Les problèmes logiques posés par une telle proposition sont accommodés en remettant sur le métier notre rationalité : le monde de la connaissance objective exprimée en mots est inclus dans / précédé par une connaissance sans mots, également objective, incarnée dans le corps, les dispositifs, les gestes, etc. C’est en ce sens que le mouvement montré précède l’espace et le temps des mots, choisis moyennant des conventions (sociales) restrictives. Tel est le sens du postulat de constance de la vitesse de la lumière. La généalogie du temps et de l’espace ainsi retrouvée laisse des traces jusque dans le fonctionnement des concepts et équations de la physique fondamentale. Les multiples conséquences que nous en dérivons sont une sorte de « preuve » a posteriori de l’intérêt de la proposition.

Programme indicatif

Présentation de la proposition de base et discussion de son statut rationnel. Exploration de quelques conséquences sur des problèmes de la physique d’aujourd’hui : - le facteur gamma de la transformation de Lorentz ; - la seconde, étalon de mouvement ; - le paradoxe des jumeaux ; - les flèches du temps et de l’espace et le second principe de la thermodynamique ; - les relations entre mécanique quantique et relativité générale quant à leur compréhension de l’espace et du temps ; réflexions sur l’usage de probabilités en relation avec les « étalements » spatio-temporels des grandeurs.

Nom et qualité des intervenants

Bernard Guy, directeur de recherche émérite à Mines Saint-Etienne, Institut Mines Télécom.

Public visé

professeurs CPGE de 1° et 2° année ; physiciens ; mathématiciens et philosophes intéressés par la physique.

Informations pratiques

le stage sera organisé en distanciel (plateforme « Zoom »). S’inscrire auprès de l’intervenant ; un lien sera adressé aux participants quelques jours avant la journée.

Date : mardi 25 mai 2021.

Horaires indicatifs : quatre plages de 1h 15 : 9h – 10h 15 ; 10h 30 – 11h 45 ; 14h – 15h 15 ; 15h 30 – 16h 45.

Documents : Des articles de l’intervenant sont disponibles dans des revues à comité de lecture, sur les archives ouvertes HAL, dans des comptes-rendus de congrès. Un exposé invité au congrès récent Thermodynamics 2.0 (Massachussetts, USA) lui a valu l’Arthur Iberall Gold Medal. La vidéo au lien suivant peut donner une idée de ses réflexions et aider à la décision de suivre la formation : https://www.youtube.com/ watch?v=dGq45kY1jec&feature=youtu.be